Choisir ma réalité

Nomadland, l’OSCAR du mauvais prĂ©sage ? 🎬

nomadland

Nomadland : Ă€ cĹ“ur ouvert… RĂ©compensĂ© d’un Oscar. Mauvais prĂ©sages…

Passer de la tĂŞte au cĹ“ur. Mais qu’est-ce que cela veut-t-il bien dire ?

Hier j’ai discutĂ© avec Damien, qui Ă©tait venu Ă  la maison pour s’initier au torchis. Damien a 25 ans, il a fait de brillantes Ă©tudes en Ă©cole d’ingĂ©nieur. Il a mĂŞme travaillĂ© pour un avionneur pendant… Six mois. Et puis il s’est rendu compte que ce n’Ă©tait pas ce qu’il cherchait. Il ne savait pas trop pourquoi mais il n’avait pas envie de continuer dans cette voie lĂ . Il Ă©tait jusque-lĂ  dans sa tĂŞte. Suivant la voie tracĂ©e par ses parents.

Alors Damien est parti en voyage, en Colombie. Il y est restĂ© pendant deux ans. Ă€ Ă©tudier, Ă  voyager, Ă  se ouvrir Ă  d’autres cultures. Il a dĂ©couvert les Indiens Kogi, la spiritualitĂ©. Cherchant un sens Ă  donner Ă  son existence, il suit son coeur.

Les indiens Kogi sont un peuple premier qui vit dans des montagnes culminant Ă  5700 mètres, depuis des centaines d’annĂ©es. Un peuple qui vit en autarcie, malgrĂ© la pression du monde industrialisĂ©.

Chez les Koji lorsqu’une dĂ©cision importante doit ĂŞtre prise aussi bien pour l’individu, tel qu’un mariage ou une maison, que pour le groupe comme dĂ©cider ou non de vendre du cafĂ© Ă©quitable, on consulte les Mamos. Les Mamos ce sont les chamans, les sages. Ce qu’ils ont Ă  dire est toujours très prĂ©cieux pour la communautĂ©. Les Koji vivent en communion avec la terre. Ils ont un rapport presque charnel avec celle-ci. En fait ils ne sont pas intĂ©grĂ©s dans la nature, ils font partie prenante de la nature.

Comme nous. Sauf que nous on l’a oubliĂ©. Nous on passe 99 % du temps dans notre mental. On a oubliĂ© que nous sommes plus qu’un mental, qu’un Ego. On a oubliĂ© qu’on a un cĹ“ur.

Comme notre vie est dénuée de sens, on finit notre vie comme un personnage de Nomadland, à parcourir la terre dans tout les sens, en cherchant à trouver une subsistance.

Si NomadLand est couronnĂ© aux oscars c’est bien que nous nous reconnaissons dans cette vie. Avec effroi, hagards, et nous percevons le risque de cette dĂ©rive collective. Sans savoir qu’y faire.

Quand nous sommes uniquement dans notre tĂŞte, nous sommes uniquement dans la peur. Et c’est comme ça qu’un prĂ©sident se dĂ©clare en guerre contre un virus. Les conseillers de nos gouvernements ce ne sont pas de sages Mamos, ce sont des scientifiques et des labos.

Et quand le mental prends les rennes, la peur est souvent reine. HĂ©las, quand la peur de la mort l’emporte, on en vient Ă  nous empĂŞcher de vivre.

Passer de la tĂŞte au cĹ“ur, comme le rappellent de nombreuses sagesse millĂ©naires, c’est s’ouvrir Ă  une autre dimension. Une Ă©nergie d’amour. Une Ă©nergie de chaleur et de joie. Ce n’est pas nier la tĂŞte, c’est aussi se rappeler que nous sommes un tout, et que nous ne sommes pas sĂ©parĂ©s.

Pour passer de la tĂŞte au cĹ“ur, il existe 1000 manières. Je t’offre d’en expĂ©rimenter une. Si tu as envie concrètement d’essayer, je te propose une mĂ©ditation gratuite que je viens de rĂ©aliser. C’est ici https://youtu.be/XC4k8n-DCGg

Et toi comment fais-tu pour passer de la tête au cœur ? Faire taire le mauvais présage.

Au plaisir de te lire,

Phil

A lire aussi

Choisir ma réalité