Renoncer à notre style de vie moderne

renoncer a notre mode de vie

Jeudi 16 août 2018 19:00

Juste quand les cloches sonnaient. J’étais en sueur. Je ne sais pas si je puais. Mais j’avais envie de me laver.

Réflexe ou réelle envie ?

Je venais de passer deux heures dans le jardin. Mes mains étaient fatiguées. De la terre sous les ongles. Des griffures de ronce. Des piqûres d’orties.

N’empêche que je rêvais toujours d’un bain. Pas lavé depuis trois semaines. A part la toilette de chat.

Depuis juin point de pluie. Alors on a réduit.

Lorsque j’ai construit la maison autonome en eau, j’avais fait ce calcul. Tenir trois mois sans précipitations.

Pourtant là devant le fait accompli, je me sentais bizarre. Fait divers : un français meurt de soif dans sa maison. J’imaginais déjà les manchettes.

C’est la première fois de ma vie que je me suis rendu compte de la préciosité de l’eau. Avant dans une maison classique, je n’avais qu’à tourner le robinet.

Eau je te veux, eau te voilà.

Mais là c’était différent. J’avais renoncé au confort moderne. Cette habitude quasi automatique de tout avoir en abondance : eau, électricité, électroménager. Plus de limites.

J’avais auto-construit une maison en Terre-paille, autonome en eau et en électricité,

Bon concernant l’électricité la plupart du temps, nous avons suffisamment d’électricité pour nos besoins quotidiens. Sauf fin décembre, au moment où les jours sont les plus courts et où il n’y a pas toujours de soleil, notre installation ne produit plus assez. On doit couper le frigo pour que notre installation électrique continue à fonctionner.

Et si l’on devait un jour vivre ce scénario de renoncement quelles seraient les clés pour nous y préparer ?

Je vous en parle ici : https://youtu.be/k9091PF80E0

PS : finalement je suis allé me laver dans la Garonne.

A lire aussi

Choisir ma réalité